Notes while in Senegal/ Annotations en francais aussi

Josue Morales Vivas - Senegal


June 3, 2016

Things not to forget about Mboro:

I look around and realize there aren’t car garages in the neighborhood. There aren’t many cars. Instead, an economically stable family would have a horse-drawn vehicle, which still is, one of the main sources of transportation. 

Holidays are interesting. Today was the Magal fest. But everything has closed since three days ago because people were traveling to the city where the Magal was taking place. Mboro, besides being deserted, has at least 250 people left these days, and guess what. Tomorrow is a day off as well. I mean it takes time to people to come back right?



—-

Pulaar weddings:

Men will request a meeting with the woman’s father before marrying anyone.  

Families would send gifts to each other’s families to show wealth.

They set a date for the party. They spend their night singing and dancing. You hear multiple people coming and helping out around. 

The tradition says the bride should be carried from her village to the groom’s village.

Women cook for the entire community.

——

 Baptêmes au Sénégal.

There’s big bowls of food being prepared at the back, by some women who are the cookers of the day.

Men usually sit around and talk to each other while women prepare food. 

It’s common to see people wearing their local customs.

Jhal, a plate based on grained oatmeal and milk is always served before any big meal. 

It is up to the visitors to stay and see people dancing and playing the drums at night.

They’d usually kill a sheep to celebrate the new born. 

Annotations en français 

Des solutions pour lutter contre le phénomène des enfants de la rue:

Ici au Sénégal le phénomène des enfants dans la rue est très répandu. C’est parce que la culture "talibe" est très présente dans le Sénégal. Les "talibes" sont des enfants qui se déambulent dans la rue toujours. Ils mangent la bas, ils se douchent la bas, ils font tous la bas, et le gouvernement et les parents ne font rien pour l’éviter. 

Pour l’éviter on doit sensibiliser tous les parents ici au Sénégal pour leurs informer de tous les problèmes que il y a dans la rue. Par exemple: les agressions sont très présenté l’as bas. Aussi, la bas il y a beaucoup de drogues et les gens peuvent l’avoir facilement. Il y a aussi de viols parce que ils n’ont pas des adultes pour leur surveiller, etc. En plus, pour aider à éviter des enfants dans la rue, on doit avoir l’implication de l’armée donc avec cela les enfants dans la rue seront contrôlés et peut-être on pourrai avoir des lois contre les enfants qui se déambule. Finalement, il faut avoir un changement de mentalité pour les parents, parce que quelques parents sont même fiers de leurs enfants. 

—-

Il faire éradiquer la corruption mais, comment on le faire? 

La corruption est un problème global. Tout le monde la connaît et la fait aussi, mais cela est plus présent dans les pays du tiers monde. La corruption a déjà créé beaucoup de problèmes et c’est pour cela qu’on doit l’éliminer, pour le bien de la société. 

Pour l’éliminer on doit enseigne à la nouvelle génération de l’éthique et la morale donc ils pourraient comprendre pourquoi est ce que cela n’est pas bonne. Aussi, on doit fait tout ce qu’on peut pour changer la culture de pouvoir qui est dans l’Afrique. Si tout le monde veut de pouvoir ils feront tout pour l’avoir. En plus, pour éradiquer la corruption les pays doit avoir la liberté de la presse. Tout les citoyens ont le droit de parler s’ils voient quelque chose qui n’est pas bonne. Le gouvernement doit respecter la constitution et là lois. Si no il aurait beaucoup de problèmes de corruption. 

En outre, les citoyens doivent se conformer à la justice et toujours essayer de faire le bien. Les valeurs culturelles sont très importants parce que si tout le monde a des bon valeurs il n’aurait plus de corruption et peut-être on pourrait l’ éradiquer. 

—-

Ma premier nuit à Mboro: 

Je suis venu ici à Mboro dans le mois de septembre. Je suis venu accompagné de James mon "team leader". Quand je suis arrive à chez moi ici au Sénégal, j’ai salué tout le monde et j’ai vu ma chambre et tout la maison. J’ai été vraiment surpris de tout ici parce que c’est très différent de chez mois. Aussi, durant la nuit j’ai été un peu nostalgique parce que les fellows et ma famille m’ont manque, mais après il a passé comme tout dans la vie.

Josue Morales Vivas